Jean-Philippe Rameau (1683-1764)

Dernière mise à jour : févr. 18


Portrait présumé de Jean-Philippe Rameau,

attribué à Jacques-André Aved




"Rameau est le premier musicien français qui mérite le nom de maître."

Hector Berlioz, 1842




Jean-Philippe Rameau

(1683-1764)


"Né à Dijon, dans une famille nombreuse, Jean-Philippe Rameau est initié à la musique par son père organiste. Il devient lui-même organiste d’église et occupe des postes dans plusieurs villes, dont Clermont-Ferrand où il restera jusqu’en 1722. Il arrive alors à Paris et collabore à des spectacles de théâtre de Foire. Il se marie en 1726 avec une jeune musicienne dijonnaise et aura quatre enfants. Après son Traité de l’harmonie, il publie son Nouveau système de musique théorique, qui en fait un savant reconnu.


Rameau compose également des pièces pour clavecin publiées dans trois recueils successifs. Le dernier recueil, appelé Nouvelles Suites, est le plus joué aujourd’hui après sa redécouverte par Wanda Landowska en 1920 puis Marcelle Meyer. Celle-ci est la première à les avoir enregistrées au piano en 1953.


En 1731, Alexandre de la Pouplinière engage Rameau. Ce riche fermier général dispose de son propre orchestre, dont il le nomme directeur. Ce mécénat procure une situation stable au musicien, tout en lui permettant de composer et même de produire ses opéras. Rameau restera à son service pendant plus de vingt ans, jusqu’en 1753.


Après avoir quitté son riche protecteur, le fermier général La Pouplinière, Rameau poursuit son travail de composition et conserve les faveurs de Louis XV. Ses œuvres sont régulièrement représentées. Rameau décède à Paris pendant l’été 1764, et est inhumé à Saint Eustache."


Source





Marcelle Meyer - Les Tendres Plaintes





Grigory Sokolov - L’Egyptienne (live)


Grigory Sokolov - Les Triolets, L’Enharmonique, L’Egyptienne





William Christie - Les tendres plaintes, Les cyclopes





Teodor Currentzis - Les Boréades



Teodor Currentzis - Les Indes galantes