• InLibroVeritas

Vie et mort de Gérard de Nerval, par Marcel Brion



"Ce poète et nouvelliste, nomade mystique, né en 1808, a été retrouvé pendu, le 26 janvier 1855, rue de la Vieille-Lanterne, près de la Place du Châtelet à Paris, où il est né le 22 mai 1808 d’Étienne Labrunie, docteur en médecine, et de Marie Marguerite Antoinette Laurent. En 1810, sa mère meurt et est inhumée à Gross-Glogau en Silésie où elle avait accompagné son mari comme médecin de l’armée du Rhin.


« Parce que sa mère est morte et enterrée en Allemagne ? C'est lui qui traduisit Faust de Goethe. Il collectionna les anciennes chansons de sa région, le Valois, à la fin de Sylvie, et manifesta un goût et un attachement pour les fêtes et traditions, comme si la Révolution n'était pas passée par le Valois. » (Bruno Viard, Les 100 mots du Romantisme)"


Source




C'est Alexandre Dumas qui annonçait la mort de Nerval dans " Le Mousquetaire " le 30 janvier 1855 :


"Arrêtez-vous d’abord à la place du Châtelet. Remarquez l’étrange coïncidence de deux noms : rue de la Tuerie, rue de la Vieille Lanterne. On descend dans cette dernière. On craint à la fois de poser le pied sur ces marches glissantes, la main sur cette rampe mouillée. Dans l’obscurité, au fond de cette voûte, vous découvrez une fenêtre cintrée avec des barreaux de fer pareils à ceux qui grillent les fenêtres de prisons. Vous y êtes : c’est à ce croisillon de fer que le lacet était attaché. En face est un égout à ciel ouvert. L’endroit que je vous ai dit est sinistre. Eh bien c’est là, les pieds distants de cette marche de deux pouces à peine, que vendredi matin, à 7 heures 3 minutes, on a trouvé le corps de Gérard encore chaud et ayant son chapeau sur la tête."





Vie et mort de Gérard de Nerval


par Marcel Brion (1955)



Isis ou la recherche d'une mère




Source: