"Naga-Vagga" : L’éléphant


Elephant ; Konārak, Surya Temple (Inde)

(Photographer unknown, ca. 1890)




Extrait de:

LE DHAMMAPADA

(Traduction par Jeanne Schut)




XXIII Naga-Vagga – L’éléphant


[naga: éléphant, être noble]



320


Comme un éléphant dans la bataille

Supporte les flèches lancées par les archers,

Je supporterai fausses accusations et insultes

Car nombreux sont les gens sans scrupules.



321


L’éléphant bien dompté est celui que l’on conduit dans la foule,

L’éléphant bien dompté est celui que le roi monte.

L’homme bien dompté qui supporte une fausse accusation

Fait partie des meilleurs.



322 - 323


Excellents sont les mulets bien dressés et les pur-sangs de Sindh bien domptés,

Excellents sont les grands éléphants à défenses bien domptés,

Mais plus excellents encore sont les hommes

Qui savent se dompter eux-mêmes


Car aucune de ces montures ne pourrait conduire un homme

Au pays que l’on n’atteint pas — au Nibbana.

Mais, ayant dompté et maîtrisé son esprit,

Celui qui s’est dompté lui-même y va.



324


Dhanapalaka, l’éléphant aux grandes défenses,

Quand il est en rut, est difficile à contrôler.

Prisonnier, attaché, il refuse de manger.

Le grand éléphant se languit de sa forêt.



325


Quand un homme est léthargique et glouton et gourmand,

Qu’il paresse au lit, se tournant et se retournant,

Comme un porc engraissé dans son enclos

— Ce paresseux reviendra à la vie encore et encore.



326


Autrefois cet esprit vagabondait

Selon son bon plaisir, où il voulait.

Mais aujourd’hui je le maintiens avec attention et fermeté

Comme on retien