Louis Pergaud, poète

Dernière mise à jour : 15 déc. 2021


"Je vais comme un artiste amoureux d'imprévu, Soucieux de surprendre aux voûtes de son âme Le vieux secret brillant en syllabes de flammes Des paradis rêvés et qu'il croyait perdus."

Louis Pergaud, "Culte intérieur"

L'Herbe d'Avril, 1908


Louis Pergaud à sa table de travail, 1910

[photographie de presse] / Agence Meurisse

Gallica/BnF



De Louis Pergaud (1882-1915) reste surtout, dans la mémoire collective, sa Guerre des Boutons, roman publié en 1912. Peut-être aussi son prix Goncourt, en 1910, pour le recueil de nouvelles De Goupil à Margot, Histoires de bêtes. Et des écoles, des rues qui portent son nom. "Louis Pergaud ? Ah oui, celui qui a écrit sur les animaux...". On a laissé dans l'ombre Pergaud le poète, qui n'est plus guère célébré. Il faut dire que, mort jeune, tué à la guerre en 1915, il n'a laissé qu'un trop court témoignage de son talent littéraire. Et que le retentissant succès de La Guerre des Boutons, qui s'offre de nombreuses éditions et traductions depuis sa parution initiale, a quelque peu éclipsé tout le reste. Toujours est-il que l'on déplore, aujourd'hui, qu'une telle oeuvre poétique ait pu tomber si vite dans l'oubli après la disparition de son auteur. C'est aussi ce qu'a pensé l'association des Amis de Louis Pergaud, qui a établi et fait publier, en juillet 2021 et pour la première fois, l'intégrale des poèmes. Voilà que La Fuite des Choses, titre choisi pour cette édition, vient pallier la pauvreté de toutes les éditions précédemment publiées. Cette anthologie est l'occasion de découvrir ou redécouvrir les poèmes de Pergaud, qu'il publia en son temps dans deux recueils : L'Aube (1904), et L'Herbe d'Avril (1908), mais aussi des poèmes inédits, des vers de jeunesse alors qu'il était étudiant à l'École Normale, et des poèmes inachevés. La lecture de ces textes ainsi présentés, donnant un beau panorama du talent de Louis Pergaud, permet de redonner vie à une brillante carrière poétique trop tôt avortée.

C'est le poète Léon Deubel, que Pergaud admirait tant, qui avait incité ce dernier à publier ses premiers poèmes et à se faire connaître. Leur profonde amitié est née d'une rencontre initiée par Eugène Chatot, condisciple de Deubel au collège de Baume-les-Dames, et ami d'enfance de Pergaud. Louis Pergaud a toujours été plein d'admiration pour le poète belfortain et ses tragiques aventures, que Chatot lui contait. Il est ému par le destin de Deubel, rêve de le sauver, et, à défaut, de le faire connaître. Pourtant, il vient de perdre son père, puis sa mère, successivement. Devenu orphelin, sans le sou lui aussi, il vit depuis peu chez son oncle maternel... Mais il trouve dans cette admiration nouvelle et ce début d'amitié quelque réconfort. Pergaud écrit à Deubel qu'il n'ose lui faire lire ses poèmes, qu'il juge inférieurs au talent de son destinataire. Deubel l'encourage malgré tout, et une belle correspondance s'ensuit. Un peu plus tard, Louis Pergaud aide à faire connaître La Chanson balbutiante (1899) auprès de ses camarades de l'École Normale. Même si l'entreprise n'est pas un franc succès, leur amitié est scellée.

Pierre Rouget, le directeur de l'École Normale de Besançon où Pergaud a étudié, brosse un émouvant portrait de Louis Pergaud dans son rapport de fin d'études* : "Plein de bonnes intentions, aimable mais nerveux, très impressionnable, parfois exalté. Ne sait pas toujours se maîtriser. Intelligent. En particulier, doué d'une heureuse mémoire. Ne manque pas de jugement quand il est de sang-froid. Possède des connaissances sérieuses. A du goût pour les études littéraires. Mérite qu'on s'occupe de lui..." Un peu plus haut, il notait : "Orphelin de père et de mère depuis l'an dernier, son jeune frère et lui ne possèdent pas d'autres ressources que la modeste pension de 240 francs (par an) qui leur est allouée après la mort de leurs parents."

En octobre 1901, Louis Pergaud débute tout juste dans l'enseignement, à Durnes dans le Doubs où il a été muté. Mais il garde sa poésie en tête, relit les vers qu'il avait consignés dans des cahiers. Il s'imprègne aussi de ceux de Léon Deubel, et rêve de publier un recueil à son tour : celui qui aura pour titre L'Aube. Il publie dans des revues ; Le Flambeau, le Petit Comtois, entre autres. Et, surtout il lit, beaucoup, et sans doute bien plus que ses collègues instituteurs avec qui il peine à s’entendre. Il les massacre d’ailleurs allègrement dans une lettre de janvier 1904 à son ancien directeur d'école : "(...) si cassants dans leurs affirmations absurdes de lieux communs acquis. (...) Tout en eux dénote l'individu sûr de soi, l'homme qui s'estime supérieur, le minuscule Pic de la Mirandole, lumière du village où vaticine la pédanterie."

S’il ne noue pas de liens avec ses confrères enseignants, il a la joie de voir enfin concrétisée son amitié avec Léon Deubel, le 23 septembre 1903. Ce jour-là, Léon Deubel assiste en qualité de témoin au mariage de Louis Pergaud et de Marthe Caffot, jeune institutrice. Rencontre tant espérée pour Pergaud, après leur échange de lettres nourri... Pergaud entreprend alors d'héberger Deubel chez lui à Durnes, et reste sourd aux protestations discrètes de sa femme, qui accepte difficilement de passer après le poète vagabond. La complicité de cette amitié rend leur travail fécond ; bientôt Deubel encourage Pergaud à publier, enfin, son recueil, qu’il fait éditer par la revue du Beffroi tenue par Léon Bocquet, ami commun. Léon Deubel quitte le domicile de Durnes en 1904, puis revient un an plus tard. Pergaud raconte ces moments partagés dans la très belle préface qu’il donnera au recueil de Deubel Régner (1913), paru à titre posthume.

Bientôt, d’autres vers s’ajoutent à ceux que Pergaud a publiés dans les revues et dans L’Aube. Il a quitté Marthe et rencontré Delphine Duboz, de qui il est tombé amoureux (il l'épousera en juillet 1910). En août 1907, il part s’installer à Paris où il retrouve Deubel et la misère... Et après quelques temps passés à la Compagnie des Eaux, où il occupe un petit emploi, en 1908 paraît enfin L’Herbe d’Avril, qu’il a péniblement fait éditer à cent exemplaires. Le recueil reçoit un bon accueil de la part de ses amis (Léon Bocquet et Léon Deubel ayant été tous deux laudatifs, bien sûr). Mais aucun de ces poèmes ne retient l’attention comme le fera le recueil De Goupil à Margot qu’il publiera deux ans plus tard et qu’il faudra faire réimprimer. Ou comme La Guerre des boutons qui est aujourd’hui la seule œuvre de Pergaud dont le titre soit dans toutes les mémoires.

Deux années passent. Le 2 août 1914, Louis Pergaud écrit à son ami écrivain Lucien Descaves** : "Demain lundi je pars pour Verdun et je viens vous dire au revoir. Vous savez si je hais la guerre ; mais vraiment nous ne sommes pas les agresseurs et nous devons nous défendre. C’est dans cet esprit que je rejoins mon corps. Paris a été digne et grave. Hier soir, je voyais des femmes et des gosses accompagnant le mari qui allait partir… et j’étais saisi de rage contre les misérables qui ont préparé et voulu l’immonde boucherie qui se prépare. Tant pis pour eux si le sort nous est favorable !

Je vous embrasse.

Louis Pergaud, Sergent, 29e Compagnie du 166e d’Infanterie."

Descaves ne le reverra plus. A peine deux ans après le suicide de Léon Deubel, Louis Pergaud est allé rejoindre son ami fidèle lors d’un assaut à Marchéville-en-Woëvre dans la Meuse, dans la nuit du 7 au 8 avril 1915. Il avait trente-trois ans. Son corps n’a jamais été retrouvé.


* Anecdote issue du livre Louis Pergaud par Henri Frossard, 1982

** Lucien Descaves, Préface pour Les Rustiques de Louis Pergaud, 1921



A lire aussi, sur anthologia :


- Louis Pergaud : lettres d'avant-guerre

- Louis Pergaud : correspondance de guerre



--


Poèmes choisis

Ces poèmes ont tous été tirés de l'anthologie La Fuite des Choses parue en 2021 aux "Editions du Sékoya".



L'Âme décadente

Poème de jeunesse


A Prémoy*, qui est enfin arrivé

à les comprendre et à les aimer

* Eugène Prémoy, camarade de promotion de Louis Pergaud à l'Ecole Normale



Devant la vie boueuse et le néant des choses

Quand nous voyons surgir les aubes quotidiennes

Impassibles témoins de ces métamorphoses

Quand le chant des matières, dolent comme une antienne

Monte dans l'éther parfumé.

Quand nous sentons très bien le vide sur nos têtes,