Jules Renard : Journal, Année 1905

Dernière mise à jour : 28 avr. 2021


Jules Renard (par Henri Manuel, vers 1900)




{ Pierre-Jules Renard, dit Jules Renard, né à Châlons-du-Maine (Mayenne) le 22 février 1864 et mort le 22 mai 1910 (à 46 ans) dans le 8e arrondissement de Paris, est un écrivain et auteur dramatique français. Son "Journal" qu'il rédige en 1897 et 1910, mais qui n'est publié que de façon posthume, de 1925 à 1927, constitue un témoignage précieux sur la vie littéraire de la Belle Époque. En 1907, il est élu à l'Académie Goncourt. }



Extraits de :

Jules Renard

Journal




1905



20 janvier.

Il est aussi amusant de réduire sa vie que de la dilater.


*


13 février.

La jeunesse, c'est l'ignorance, et je sais bien mieux qu'à vingt ans que je ne sais rien.


*


2 mars.


Je vis comme un vieux. Je lis un peu des journaux, des morceaux choisis, j'écris quelques notes, je me chauffe et, souvent, je sommeille.


*


6 mars.


Printemps : art nouveau.


*


13 mars.


Les moineaux disent de nous : « Ils construisent des maisons pour que nous puissions faire nos nids dans les murs. »


*

15 mars.


Ce que le soleil peut faire d'un vieux mur pelé !

Le travail est un peu une prison : que de jolies choses qui passent il empêche de voir ! Journée perdue à rêver à ce travail remis d'heure en heure. Des notes, quelques trouvailles peut-être, du superflu, pas le nécessaire

Je n'ai rien fait. Si, seulement, j'avais planté des clous, fendu un peu de bois, semé des carottes, écrit, sur quelque sujet, quelques lignes qui paraîtraient demain et me seraient payées quelques sous ! Je n'aurais pas rien fait, je n'aurais pas perdu ma journée. On supprime, pour travailler, les obligations de sa vie. Plus une visite, plus un repas au-dehors, plus d'escrime ni de promenade. On va pouvoir travailler, faire de belles choses, et, sur cette grande feuille grise qu'est une journée, l'esprit ne projette rien.


Nuits sans sommeil, longues nuits où le cerveau s'illumine comme une grande ville. Et quel beau défilé de rêves qu'on croit vivants ! Venu le matin, ils ne sont plus. Balayeur impitoyable, le réveil a tout poussé à l'égout.


*


23 mars. Au Jardin d'acclimatation. Le coeur des feuilles se déroule.


Plantes de serre : plantes à l'hôpital.