Armand Rassenfosse (1862-1934)


Femme à sa toilette, 1917




Armand Rassenfosse est un graveur, peintre, dessinateur et lithographe, né le 6 août 1862 à Liège. Il est introduit dans les milieux artistiques par son professeur Félicien Rops, avec qui il partage – outre des liens d’amitié – la même passion pour l’étude de la femme et pour les thèmes fin de siècle relatifs au symbolisme et au milieu décadent, principalement ceux d’Eros et de Thanatos.

Epris de littérature, il réalise de nombreuses illustrations pour des œuvres emblématiques, telles que l’Eloge de la Folie d’Erasme (1896). Mais pour beaucoup, Rassenfosse demeure l’illustrateur des Fleurs du Mal (1899), pour lesquelles il a réalisé 158 gravures en couleurs nécessitant entre deux à quatre cuivres pour l’impression. Cependant, sa carrière ne peut se résumer à cela, puisque durant toute sa vie, il n’aura de cesse de réaliser des illustrations, mais également des ex-libris ou encore des cartes postales.



Parmi une trentaine de livres illustrés, trois témoignent particulièrement des liens étroits de l’artiste avec le décadentisme, à savoir Le Rideau Cramoisi (1907), Le Bonheur dans le Crime (1919) et La Vengeance d’une Femme (1925) de Jules Barbey d’Aurevilly.

A partir des années 1880, Rassenfosse expérimente l’eau-forte sous la conduite d’Adrien de Witte. Bon technicien, il aborde vite tous les domaines de la gravure, depuis la pointe sèche à l’aquatinte en couleurs, jusqu’à l’encre au sucre qu’il va perfectionner. En 1886, il rencontre Félicien Rops et intègre son atelier. Une relation épistolaire commence entre les deux hommes. Leur amitié ne sera interrompue qu’à la mort de Rops en 1898. L’influence de ce dernier est très sensible dans l’œuvre de Rassenfosse.

Rassenfosse fut également, avec Émile Berchmans et Auguste Donnay, l’un des plus importants affichistes de l’imprimerie d'Auguste Bénard à Liège. Ils collaborèrent tous les trois et contribuèrent au développement de l’avant-garde de l’art de l’affiche.

Il meurt à Liège le 28 janvier 1934.


Source






La repasseuse I, 1887




*




La nappe blanche, 1879




*




Hiercheuse assise, ca 1900




*




Hiercheuse assise, 1923




*




La toilette, 1919




*




Dans les coulisses, 1921




*




Le peignoir jaune, 1912




*




Femme à sa toilette, 1919




*




Le Rideau cramoisi, 1907




*




Illustration pour Les fleurs du mal, de Baudelaire (1899)




*




Illustration pour Les fleurs du mal, de Baudelaire (1899)




*




Le Masque


(...)

Ô blasphème de l’art ! ô surprise fatale !

La femme au corps divin, promettant le bonheur,

Par le haut se termine en monstre bicéphale !


- Mais non ! ce n’est qu’un masque, un décor suborneur,

Ce visage éclairé d’une exquise grimace,

Et, regarde, voici, crispée atrocement,

La véritable tête, et la sincère face

Renversée à l’abri de la face qui ment.


Pauvre grande beauté ! le magnifique fleuve

De tes pleurs aboutit dans mon cœur soucieux ;

Ton mensonge m’enivre, et mon âme s’abreuve

Aux flots que la Douleur fait jaillir de tes yeux !


Charles Baudelaire Les Fleurs du Mal




Armand Rassenfosse - Le Masque (1899)

(Illustration pour Les fleurs du mal, de Baudelaire)




*




Poète (Baudelaire et sa muse)




*




Frontispice pour "Le Solitaire de la Lune", de François de Curel




*




"Femmes", 1928




*




"Femme"



* * * *